Comment occuper les enfants en avion ?

Comment occuper les enfants en avion ?

0 Comment

Des Antilles à Paris, il y a 8h de vol. C’est long, pénible et fatiguant pour tout le monde. Cependant, le degré de pénibilité peut rapidement varier en fonction des enfants présents dans l’avion (les vôtres ou ceux des autres !). En effet, lorsqu’on voyage avec des enfants, il est impératif de s’organiser, de tout mettre en place pour les occuper, et de préférence dans le silence ! Un panel de techniques à planifier pour que les déplacements en famille se passent au mieux…

Maître mot : Anticipation!

Il est de la responsabilité de chaque parent de gérer ses enfants dans l’avion et de faire en sorte qu’ils ne dérangent pas les autres passagers. Il s’agit donc d’anticiper leurs comportements face aux files d’attente interminables, au bruit, au monde, à l’ennui, au fait de devoir rester assis pendant des heures ! Il faut donc redoubler d’imagination pour les occuper, en fonction de leur âge et de leurs centres d’intérêt. Premier outil pour ne rien oublier : la check list. On voyage plus sereinement quand on est assuré que passeports, billets, chargeurs et autres doudous sont bien dans un sac à portée de main. On prévoira aussi des collations de temps en temps, le fait de grignoter occupe les enfants, sans compter que leur appétit n’est pas forcément réglé aux heures de services de la compagnie aérienne. On pensera à prendre des pulls car il fait souvent très froid dans les avions climatisés, ainsi que des vêtements de rechange en cas de vomis, diarrhée ou autre accident…

S’il est important que les enfants soient reposés avant de partir pour être sages et agréables, il est néanmoins préférable qu’ils se défoulent un peu avant de monter dans l’avion afin de se préparer à la contrainte de l’embarquement. Les aéroports sont souvent équipés d’aires de jeux prévus à cet effet et les terminaux sont assez grands pour permettre aux enfants de gambader !

Autre astuce : la mallette de jeux ! Un bagage à main dans lequel on range ses jouets préférés (coloriages, gommettes, livres…) mais aussi un nouveau jeu. L’enfant qui va découvrir un jouet neuf à son entrée dans l’avion va rester focalisé et concentré dessus plus longtemps… c’est toujours quelques minutes ou heures de gagnées !

 

Quel jeu pour quel âge ? 

De manière générale, avant 1 an, les bébés dorment beaucoup. Quelle chance ! Une peluche rigolote ou un livre coloré à toucher font très bien l’affaire. On leur chante des petites chansons (pas trop fort) et on les fait marcher dans les allées pour leur dégourdir les jambes. Trop facile.

De 1 à 3 ans, on glisse dans la mallette des figurines, poupées et/ou petites voitures, ou autres objets susceptibles de les intéresser. On peut aussi prévoir des livres d’histoires et de comptines pour les aider à s’endormir, car souvenez-vous que votre meilleur allié pour tuer le temps en toute sérénité, c’est la sieste ! Le mini kit Dodo de chez Deuz est idéal pour jouer avec son doudou ou sa poupée en s’endormant.

Les 3-5 ans commencent à avoir une meilleure capacité de concentration. Si les dessins animés et les jeux éducatifs sur tablette vont les tenir quelques heures, les crayons et coloriages peuvent prendre le relais. Les carnets à dessin nomades de la marque Jaq Jaq Bird sont particulièrement adaptés. Légers et compacts, ils comprennent 8 pages effaçables et 4 craies magiques qui ne font ni tâche ni poussière !

Au-delà de 5 ans, le niveau de maturité et d’autonomie augmente significativement, et c’est tant mieux pour vous ! Il est conseillé de leur prévoir une activité différente par heure, entre deux petits sommes. Ils peuvent jouer seuls ou avec leurs parents, notamment à des jeux de société. On adore les Pocket Games proposés par OMY avec ses labyrinthes, énigmes et coloriages. Pour jouer à plusieurs, Mesdames & Messieurs par Les jouets libres est un jeu de Dames très original !

L’astuce ultime pour occuper vos enfants lors d’un long trajet en avion, c’est de dévoiler ses atouts progressivement, d’avoir toujours une nouvelle carte à jouer dès que l’enfant montre les premiers signes de lassitude, d’ennui ou d’énervement. Il convient donc d’échelonner les activités et d’encourager l’enfant à l’accomplir jusqu’au bout pour gagner du temps ! Quant aux adultes, impossible de s’ennuyer, les enfants étant la première source d’occupation !

Déposer un commentaire

Reload

Envoyer